Affichage des résultats 1 à 6 sur 6
  1. #1
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    3 456
    Thanks
    0
    Total, Thanks 13 390 fois
    Pouvoir de réputation
    93

    Fraude et Évasion fiscales

    L'évasion et la fraude fiscales en Union

    L'année 2013 sera-t-elle enfin celle de la lutte contre l'évasion et la fraude fiscales en Union européenne?


    FISCALITE - Une coordination européenne en vigueur depuis le 1er janvier tentera dès 2013 de rendre transparents les exils fiscaux entre pays de l'UE...

    Qu'il s'agisse de ministres grecs ou bien de multinationales, la fraude fiscale est régulièrement évoquée. L’évasion fiscale est un problème transnational. Elle est dû au nombre grandissant de transactions internationales et à la mobilité accrue des actifs européens. Ces derniers profitent des failles du fisc du Vieux continent et se retrouvent injustement avantagés par rapport aux autres. Cette situation ne peut être encadrée que grâce à une entente intra-Etat et c’est désormais chose faite… sur le papier.

    Transparence et échange européen

    Une évasion fiscale est une fuite des capitaux vers un autre pays à la fiscalité plus douce, entraînant une perte de revenus fiscaux pour l’Etat délaissé. Avec près de 1.000 milliards d'euros par an de perte dans les budgets des pays de l'Union européenne, le temps est venu de lutter contre l’évasion fiscale - tout particulièrement à l'heure de la rigueur. Au 1er janvier sont entrées des mesures plus strictes contre la fraude fiscale intra-européenne. La transposition d’une directive publiée en mars 2011.

    Un Etat membre pourra donner des informations sur les comptes bancaires détenus par un non-résident. dans un effort de plus grande transparence, de meilleur échange d'informations et de coopération plus étroite.

    Frédéric Bonnevay, économiste et membre du Cercle des fiscalistes, rebondit pour 20 Minutes: «En pratique, elles permettent aux Vingt-sept de franchir une nouvelle étape vers une union fiscale pleine et entière, perspective explicitement évoquée au printemps 2012, au plus fort de la crise, puis reportée, apparemment, sine die.»

    Vers la fin du secret bancaire

    De nouvelles règles de l’Union européenne qui amélioreront la capacité des États à calculer et à percevoir les taxes qui leur sont dues. Un des éléments clés de la directive est qu’elle met un terme au secret bancaire, c’est-à-dire qu’un État membre ne pourra plus refuser de communiquer des informations à un autre État au seul motif que celles-ci sont détenues par une banque.

    «Il s’agit, à terme, de constituer un ‘guichet fiscal’ unique sur tout le territoire de l’Union, du fait d’une collaboration plus étroite que jamais entre les administrations nationales, explique Frédéric Bonnevay. L’impact de ces mesures sera donc double: en plus de rendre, au niveau européen, les bases taxables plus transparentes d’un pays à un autre, elles préfigurent surtout la mise en place par les Etats membres de politiques fiscales plus compatibles entre elles.

    Des initiatives nationales en renfort

    En parallèle, à la même date est entrée en vigueur en Allemagne l'interdiction de déplacer les sommes d'argent vers d'autres Etats sans déclaration officielle, tout comme est mise en place une taxation de 26,375% sur les intérêts et dividendes des contribuables allemands ayant trouvé refuge en Suisse.

    A noter aussi la mise en route d'un accord de type «Rubik» entre la Grande-Bretagne et l'Autriche d'une part et la Suisse d'autre part pour lutter contre l'évasion fiscale de ses contribuables.

    Des mesures efficaces uniquement si tous les pays jouent le jeu, même ceux considérés comme des paradis fiscaux. La prochaine étape pourrait-elle être une harmonisation fiscale? «En matière d’imposition, l’harmonisation complète - comme la concurrence frontale – entre pays membres serait inefficace, juge l’économiste. A contrario, il faut utiliser les différences de traitement des fiscalités nationales comme un instrument de sortie de crise».
    Dernière modification par zadhand ; 03/04/2016 à 21h55.

  2. # ADS
    Ich'har Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs
     
  3. #2
    Date d'inscription
    novembre 2012
    Messages
    12 944
    Thanks
    0
    Total, Thanks 15 290 fois
    Pouvoir de réputation
    102

    Post L’impuissance du système fiscal

    A la une/Actualité_Informel,évasion et fraude
    le 10.04.16 | 10h00

    L’impuissance du système fiscal

    Les propos tenus, la semaine dernière, par le patron de l’administration fiscale,
    suivis des demi-mots du ministre des Finances, qui a levé une


    partie du voile sur des wilayas (36) peu investies dans la collecte de l’impôt, témoignent
    de toute la faiblesse et les limites du système fiscal algérien. Au-delà des classements
    mondiaux qui placent l’Algérie dans la case des pays où la pression fiscale est pesante
    (72,7%, selon le rapport Paying Taxes 2015), l’administration fiscale évolue à pas de tortue,
    faute de moyens humains, matériels et technologiques.Pas seulement. La contribution d’autres
    institutions, dont la justice, fait défaut face à la prolifération de l’économie informelle,
    des zones de non-droits et à la multiplication des cas d’évasion fiscale.Les maux sont nombreux
    pour l’administration fiscale, confrontée désormais au défi d’améliorer les recettes de
    la fiscalité ordinaire, dont les ambitions initiales de l’année en cours s’établissent à 3200 milliards
    de dinars. Face à un gouvernement qui veut faire du chiffre, tant il est question de couvrir 100%
    de la masse salariale et une partie du budget de fonctionnement, le fisc attend que l’on acquiesce
    à son vœu pour pouvoir s’y mettre efficacement.Outre le renforcement de l’administration fiscale
    en moyens humains et matériels, une interconnexion entre les différentes institutions dont dépend
    le contribuable permet un échange efficace de l’information et sa meilleure traçabilité.
    En matière d’innovation fiscale et de simplification des procédures, l’Algérie est à la traîne.
    «La déclaration fiscale mensuelle doit être réduite à sa plus simple expression, établie et remise
    aux services concernés sans qu’un contact physique permanent soit la règle.
    Un système de télédéclaration devrait être généralisé à tous les contribuables domiciliés chez
    des comptables agréés, et le paiement effectué sur ponction directe sur les comptes désignés par
    les redevables à cet effet. Pour les bilans annuels, la procédure devrait être la même que pour
    les déclarations mensuelles», estime Ferhat Aït Ali, analyste financier.Selon lui, l’administration fiscale
    doit être modernisée en matière de locaux, de connexion numérique et de personnel qualifié, mais
    surtout adaptée aux exigences de réactivité et de discernement dans un environnement économique
    qui ne répond plus aux normes de gestion bureaucratiques du passé.Faute de quoi, les limites du système
    fiscal algérien s’érigent en parfait obstacle à la réalisation des objectifs de recettes établis par le gouvernement.
    «Dans les administrations fiscales, il y a certes des compétences, mais il y a aussi un désordre dans la gestion,
    des fichiers qui traînent à même le sol, des bureaux dépourvus du moindre équipement informatique…»,
    témoigne un inspecteur des impôts rencontré à Alger.Une image que le fisc tente de redorer à la sueur de son front.
    En plus de la faiblesse de ses moyens, les prérogatives de l’administration fiscale face à certains fléaux,
    dont l’informel et l’évasion fiscale, ont été réduites à néant en l’absence d’une stratégie claire en la matière,
    voire d’une volonté politique pour y remédier.Dans la sphère marchande de l’économie informelle, 80% des transactions
    se font sans facturation et autant pour l’usage du cash comme moyen de paiement.
    Le gouvernement a beau affirmer sa détermination à éradiquer l’informel, l’histoire retiendra que les institutions de l’Etat
    ont échoué à imposer le chèque comme moyen de paiement au lendemain des émeutes de janvier 2011.
    Selon certaines estimations, l’informel accapare 50% de la masse monétaire en circulation.
    En fiscalité, cela signifie une concentration des prélèvements sur une population imposable réduite, une injustice face
    à l’impôt, une pression fiscale sur les bons contribuables et… une évasion fiscale dont le manque à gagner pour
    le Trésor s’élève à 3 milliards de dollars par an, selon certaines estimations.En somme, l’efficience d’un système fiscal
    obéit à des paramètres tant économiques que politiques. Il est au cœur même de toutes les notions d’équité et
    de justice sociale. La prolifération de l’informel, l’évasion fiscale, le faible rendement de l’impôt sur la fortune...,
    autant de fléaux qui écornent le principe d’équité fiscale.D’où l’exigence de réforme tant au niveau des instruments
    qu’à celui des politiques à même de rendre le système fiscal efficient et juste.

    Ali Titouche


    Atlas-HD-200 B102 B118
    Icone I-5000

    ZsFa

  4. #3
    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    aquitaine
    Messages
    1 317
    Thanks
    7
    Total, Thanks 1 536 fois
    Pouvoir de réputation
    72

    Fraude fiscale : les locaux parisiens de Google perquisitionnés

    Une perquisition des locaux de Google à Paris par la DGCCRF est en cours, sur fond de soupçon de fraude fiscale.



    Le géant Google fait l'objet d'investigations dans plusieurs pays pour ses procédés d'optimisation fiscale lui permettant de payer très peu d'impôts sur les entreprises. Divers organismes fiscaux nationaux commencent à réclamer des arriérés d'impôts et, rien qu'en France, le groupe californien pourrait devoir débourser 1,6 milliard d'euros.

    Le journal Le Parisien révèle que depuis tôt ce matin, une perquisition est menée dans les locaux de Google à Paris, mobilisant "une centaine de fonctionnaires du fisc et de la brigade de répression de la grande déliquance financière (BRGDF)" et épaulés par cinq magistrats, à la suite d'une plainte déposée par le ministère de l'Economie.

    Celle-ci porte sur un soupçon d'évasion fiscale et l'opération a été montée de façon "ultra-secrète", sans passer par les canaux de communication habituels, pour éviter les fuites, rapporte encore Le Parisien. Après l'accord favorable obtenu par Google avec les autorités britanniques, Le ministre des finances Michel Sapin avait souligné que le fisc français irait jusqu'à bout des procédures et qu'il n'y aurait pas de négociations sur le montant à rattraper.

    Google n'est pas seul sur la sellette : d'autres géants américains comme Apple pourraient être forcés de verser plusieurs milliards d'euros d'arriérés d'impôt à la Commission européenne.

    Sujet fusionné.
    Dernière modification par zadhand ; 25/05/2016 à 16h40.

  5. #4
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    761
    Thanks
    17
    Total, Thanks 1 653 fois
    Pouvoir de réputation
    79

    Les députés et les sénateurs ne paient pas leurs impôts*

    Le Parlement algérien est accusé d’évasion fiscale. Le manque à gagner pour le fisc dépasse 15 milliards de dinars par mandat de cinq ans. Cette situation de "fraude" perdure depuis 1997.Le Parlement, avec ses deux chambres (APN et Conseil de la nation), ne s’acquitte pas de ses obligations vis-à-vis du fisc, a affirmé Lakhdar Benkhallef, président du groupe parlementaire du Front pour la justice et le développement (Adala), dans une lettre adressée au président de l’APN.*Il a expliqué que les primes et les indemnités dont bénéficient les députés et les sénateurs ne sont pas soumises à l’IRG (impôt sur le revenu global). Il s’agit de la prime des frais divers (45 000 da), la prime de l’hébergement (750 000 da), la prime du véhicule (8000 da) et la prime de téléphone ( 5000 da pour les députés et 10 000 da pour les vices présidents ).*Selon Benkhallef, chaque député devait verser plus de 43 000 da par mois, à titre d’impôts sur les primes précitées. Pour l’ensemble des députés et des membres du Conseil de la nation, le montant non recouvré représente pas moins de 15,65 milliards de dinars, pour un mandat de cinq ans.Le président du groupe parlementaire de "Adala" a exprimé la disponibilité des députés de son parti à s’acquitter de sa dette fiscale.*Lakhder Benkhallef a rappelé avoir adressé une lettre similaire au président de l’APN en 2013, mais il n’a jamais reçu de réponse.



    Bonsoir ;
    discussion fusionné.
    Bon courage.
    Dernière modification par zadhand ; 12/06/2016 à 21h21.
    Atlas HD-200Se - Boot F400 Soft F402_1
    STARSAT SR 2000 HD HYPER V 2.46
    SAMSAT 80 HD
    TV LED 55" SAMSUNG.TV LED 42" SAMSUNG
    PC SAMSUNG 17" i7
    TABLETTE SAMSUNG 10.1"
    SMARTPHONE SAMSUNG GALAXY S5

  6. #5
    Date d'inscription
    novembre 2012
    Messages
    12 944
    Thanks
    0
    Total, Thanks 15 290 fois
    Pouvoir de réputation
    102

    Post Trois ans de prison ferme requis contre l’ex-ministre Jérôme Cahuzac

    Fraude fiscale
    trois ans de prison ferme requis contre l’ex-ministre Jérôme Cahuzac

    Jérôme Cahuzac
    **Contenu caché: Cliquez sur Thanks pour afficher. **


    14.09.2016 à 11h39
    Mis à jour le 14.09.2016 à 15h08


    Après dix jours de procès, les réquisitions ont été prononcées,
    mercredi 14 septembre, contre Jérôme Cahuzac le parquet a
    demandé trois ans de prison ferme assortis de cinq années
    d’inéligibilité pour l’ex-ministre du budget devenu symbole de
    l’évasion fiscale, estimant que c’était le juste prix de la « trahison »
    pour avoir « sacrifié tous les principes pour l’appât du gain ».

    La procureure nationale financière Eliane Houlette a requis une
    sanction de deux ans de prison ferme à l’encontre de son ex-femme,
    Patricia Ménard, qui a « surpassé » son mari « dans la dissimulation
    de ses avoirs au fisc ». « Le seul élément qui distingue vos situations,
    c’est que lui était ministre », a-t-elle lancé.
    Un million huit cent mille
    euros d’amende ont également été requis contre la banque genevoise
    Reyl et dix-huit mois avec sursis et 375 000 euros d’amende contre
    son patron, François Reyl, suspectés d’avoir participé au blanchiment
    en renforçant l’opacité des avoirs en organisant en 2009 le transfert de
    quelque 600 000 euros à Singapour, par l’intermédiaire de sociétés
    offshore enregistrées au Panama et aux Seychelles.

    Une fraude « familiale »

    **Contenu caché: Cliquez sur Thanks pour afficher. **

    Celui qui était devenu au gouvernement le champion de la lutte contre
    l’évasion fiscale est jugé depuis lundi 5 septembre pour fraude fiscale
    et blanchiment, ainsi que pour avoir minoré sa déclaration de patrimoine
    en entrant au premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault en 2012. Sa
    démission du ministère du budget, en mars 2013, puis ses aveux en avril,
    ont fait tanguer le gouvernement, écorné la « République exemplaire »
    voulue par François Hollande.Pendant dix jours, le procès a mis à nu les
    secrets bancaires d’un couple, « conscient de l’illégalité » des montages
    toujours plus sophistiqués. Patricia et Jérôme Cahuzac ont reconnu une
    fraude « familiale », une plongée dans l’opacité offshore comme une fuite
    en avant, mais nié avoir construit « un système organisé ».
    Au contraire,
    le procureur Jean-Marc Toublanc a dénoncé « l’organisation d’une vie
    familiale enracinée dans la fraude pendant vingt ans » : « à aucun moment
    il n’y a eu une prise de conscience. Pas même quand M. Cahuzac est
    devenu président de la commission des finances de l’Assemblée nationale »
    en février 2010 et « se fait remettre 20 800 euros en espèces sur le trottoir
    parisien ».
    Jusqu’au bout Jérôme Cahuzac a ménagé ses effets. Mardi, il a
    affirmé n’avoir « pas menti au président les yeux dans les yeux », car
    François Hollande ne lui aurait « jamais demandé » s’il avait « oui ou non
    un compte à l’étranger ». L’Elysée a démenti.


    Atlas-HD-200 B102 B118
    Icone I-5000

    ZsFa

  7. #6
    Date d'inscription
    novembre 2012
    Messages
    12 944
    Thanks
    0
    Total, Thanks 15 290 fois
    Pouvoir de réputation
    102

    Post Les sénateurs critiquent la passivité du gouvernement

    Les sénateurs critiquent la passivité du gouvernement

    Fraude fiscale
    le 06.12.16 | 10h00


    Face aux critiques des sénateurs, le ministre des Finances,
    Hadji Baba Ammi, a défendu la justesse de la vision économique.
    **Contenu caché: Cliquez sur Thanks pour afficher. **

    Le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi

    Bien qu’acquiesçant à l’ensemble des solutions préconisées par
    le gouvernement à travers le projet de loi de finances 2017,
    les groupes parlementaires siégeant au Sénat ont reproché au
    département de Hadji Baba Ammi de ne pas être assez offensif
    face à la déperdition fiscale alors qu’il recourt pour la
    seconde année consécutive au relèvement des taxes et impôts.
    Pour les représentants du FLN, le gouvernement choisit clairement
    «la solution de facilité» au risque de grever le budget des
    ménages.Pour Mohamed Zoubiri, chef du groupe parlementaire FLN,
    «avant de relever les impôts, le gouvernement aurait dû prendre
    des mesures de lutte contre l’informel, la fraude fiscale, le
    marché parallèle des devises, les primes de certains cadres, les
    signes ostentatoires de richesse tels les villas et les châteaux…»
    Pour sa part, le chef du groupe parlementaire RND, Abdelmadjid
    Bouzriba, a également souhaité que «le gouvernement lutte plus
    efficacement contre l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et
    le transfert illicite de devises, et agisse pour réformer
    l’administration fiscale».Des préoccupations face auxquelles le
    ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, a défendu la justesse de
    la vision économique contenue dans la loi de finances 2017 qui
    vise, selon lui, à sauvegarder les équilibres budgétaires sans
    rogner pour autant sur le volet social.S’agissant de la politique
    de recouvrement fiscal, le ministre a réitéré les arguments donnés
    à la commission parlementaire du Conseil de la nation, relevant
    qu’en matière de recouvrement fiscal les redevances du Trésor sont
    évaluées «à 7000 milliards de dinars dont 5000 milliards de dettes
    détenues contre les banques privées ayant fait faillite
    (El Khalifa Bank et la Banque commerciale et industrielle d’Algérie)
    et 1000 milliards de chèques sans provision de commerçants ou
    entreprises ayant fait faillite et n’étant pas en mesure de
    rembourser, d’individus ayant travaillé avec des registres du
    commerce falsifiés de personnes décédées et d’autres ayant abandonné
    leurs activités et versé dans l’informel».Le ministre des Finances
    avait fait déjà part de la volonté de son département d’effacer les
    dettes en question, estimant qu’elles ne sont plus recouvrables, au
    vu de la situation des entités et des personnes concernées. Il
    affirme en outre, face aux parlementaires, que des mesures seront
    prises par les services des impôts pour lutter contre l’évasion
    fiscale et recouvrer les redevances du Trésor conformément aux
    dispositions réglementaires en vigueur et à l’article 106 de la loi
    de finances 2017.Il cite notamment des mesures qui seront prises par
    les services des impôts «pour collecter les dettes impayées à travers
    des opérations de saisie de biens, de blocages de comptes bancaires
    ainsi que des poursuites en collaboration avec les services de sécurité
    pour contrer les fraudeurs». Par ailleurs, Hadji Baba Ammi a rappelé
    les opérations de simplification des procédures de recouvrement fiscal,
    ce qui facilitera, selon lui, l’adhésion des contribuables à la réglementation.

    Zhor Hadjam
    Atlas-HD-200 B102 B118
    Icone I-5000

    ZsFa

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •