Page 16 sur 16 PremièrePremière ... 6141516
Affichage des résultats 151 à 160 sur 160
  1. #151
    Date d'inscription
    novembre 2012
    Localisation
    alger algerie
    Messages
    17 622
    Thanks
    62
    Total, Thanks 51 208 fois
    Pouvoir de réputation
    10

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !



    Quelques minutes après la défaite de l'Argentine en finale face à l'Allemagne (1-0, ap),
    Lionel Messi a été élu "Ballon d'Or" de la Coupe du monde, soit meilleur joueur de la compétition. Manuel Neuer (Allemagne) a lui été récompensé du titre de meilleur gardien du Mondial.
    Atlas HD100 et 200 V B118/134 F400/F401./GN2000HD PLUS v1.88
    TV Android Iris55'/.TV Condor 32"/ TV samsung 40' serie6/pc amd./ pc LG/tablette samsung GT./Condor obsolète
    Appli iptv :Pzefect player et Iptv extreme serveur magsat
    Abonnez vous à nos pages facebook et twitter



  2. # ADS
    Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !
    Ich'har Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     
  3. #152
    Date d'inscription
    août 2013
    Messages
    4 917
    Thanks
    0
    1 Post
    Pouvoir de réputation
    76

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Quatrième sacre pour l'Allemagne



    Première équipe européenne à soulever une Coupe du monde sur le sol américain, l'Allemagne a remporté son quatrième titre en battant l'Argentine en finale du Mondial 2014, dimanche 13 juillet au Maracana de Rio de Janeiro, sur un but de Mario Götze en prolongation (1-0, a.p.).



    Déjà couronnée en 1954, 1974 et 1990, la Nationalmannschaft revient désormais à la hauteur de l'Italie, également quadruple championne du monde. Attaque la plus prolifique du tournoi avec 18 buts - dont 7 en demies contre le Brésil -, l'Allemagne aura donc su prendre le meilleur sur une coriace équipe d'Argentine qui n'avait jusque-là encaissé que
    3 buts.


    A l'instar du sacre espagnol lors de la précédente Coupe du monde, il aura donc fallu aller au-delà des 90 minutes règlementaires pour connaître l'identité du vainqueur de cette vingtième édition du Mondial.
    Malgré cette défaite serrée et des performances en dents de scie,
    Lionel Messi a reçu dans la foulée le titre honorifique de meilleur joueur du tournoi, sous l'égide de la FIFA.



    HIGUAIN LE MALHEUREUX



    Gonzalo Higuain n'y était pas.

    Maigre consolation.
    L'Argentin visait plutôt un troisième titre en Coupe du monde pour son pays, après 1978 et 1986, année qui porte l'empreinte de Diego Maradona. Auteur de quatre buts et d'une passe décisive durant ce Mondial, le quadruple Ballon d'or argentin n'aura pas su ce soir tromper la vigilance de
    Manuel Neuer, élu meilleur gardien du Mondial.


    Le portier du Bayern Munich a pourtant tremblé en début de match. A la retombée d'une remise ratée de Toni Kroos derrière lui, Gonzalo Higuain, tout surpris d'hériter du ballon, a dévissé sa frappe. Bien trop à droite des cages (21e minute).
    Higuain est même parvenu quelques minutes plus tard à marquer un but... refusé à juste titre par l'arbitre de la rencontre, l'Italien Nicola Rizzoli, en raison d'une position de hors-jeu (30e).
    L'avant-centre avait repris avec succès un
    centre de Lavezzi venu de la droite.



    L'ÉCLAIR DE GÖTZE


    André Schürrle a sonné le réveil allemand d'une frappe en première intention aux abords de la surface, sur un service de Müller (37e). Buteur contre l'
    Algérie et le Brésil, le jeune ailier de Chelsea venait de remplacer Christoph Kramer, titulaire surprise au lieu de Sami Khedira, blessé à l'échauffement.


    De plus en plus insistante, l'Allemagne a maintenu la pression sur la défense adverse en fin de première période. La frappe de Toni Kroos a échoué dans les gants de Sergio Romero (43e). La tête de Benedikt Höwedes, sur corner, a quant à elle heurté la transversale (45e + 1).


    Plus en vue que contre les Pays-Bas, où il n'avait jamais touché un ballon dans la surface adverse, Messi a failli faire mouche dès le retour des vestiaires. Lancé par Enzo Perez, le prodige du FC Barcelone a déclenché une frappe à ras du poteau de Neuer (48e).


    Une alerte précoce qui reflète mal la physionomie insipide de toute la seconde période. Gonzalo Higuain aurait pu profiter d'une situation intéressante si Manuel Neuer, auteur d'une sortie loin de ses cages comme il les affectionne, ne l'avait pas télescopé.
    Collision non sanctionnée (57e).





    Seules une série de dribbles de Messi (75e) ou une tentative instantanée de Kroos, passée à côté à la suite d'un centre à ras de terre(80e), auront égayé la suite des événements jusqu'à la fin du temps règlementaire.


    L'éclair aura finalement jailli des pieds d'un remplaçant, Mario Götze, auteur d'une frappe croisée du gauche qui a pris en défaut Sergio Romero (1-0, 113e).
    Une ouverture du score survenue sur un centre de Schürrle, également entré en cours de match, qui avait bien débordé sur le flanc gauche.


    L'Argentine n'avait plus encaissé le moindre but depuis la fin de la phase de poules, après s'être imposée en huitièmes contre la Suisse (1-0, a.p.), en quarts contre la Belgique (1-0), et contre les Pays-Bas en demies (0-0 a.p., 4-2 t.a.b.).


    Mais la Nationalmannschaft aura finalement réussi à perforer l'arrière-garde de l'Albiceleste pour s'offrir son premier sacre depuis l'Euro 1996,
    elle qui attendait un quatrième
    titre en Coupe du monde depuis 1990.
    A l'époque, l'Allemagne s'était déjà imposée aux dépens de l'Argentine. Et déjà sur le score de
    1 à 0, grâce à un penalty d'Andreas Brehme, en toute fin de seconde période.



  4. #153
    Date d'inscription
    août 2013
    Messages
    4 917
    Thanks
    0
    1 Post
    Pouvoir de réputation
    76

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Entre Nous.........


    C’est le genre d’anecdotes dont les légendes se nourrissent. Ce dimanche soir, Joachim Löw a peut-être écrit la sienne en susurrant quelques mots à l’oreille de Mario Götze, lors de la mi-temps des prolongations. «Je lui ai dit: "Montre au monde que tu es meilleur que Messi, que tu peux décider du vainqueur de la finale"».
    Et il s’est exécuté. D’une sublime volée,
    il a offert à l’Allemagne sa quatrième Coupe du monde. Lui qui était entré en jeu à peine 20 minutes avant.
    Lui qui n’était plus qu’un remplaçant dans cette équipe. Lui qui a vécu une saison douloureuse au Bayern Munich.

    https://mtc.cdn.vine.co/r/videos/CBC...qRgZ9gMi.tHoEn


    Un record en Allemagne
    En Allemagne, la victoire de la sélection nationale a enregistré un record d’audience avec 34,65 millions de téléspectateurs, selon l’agence allemande dpa.
    Le match a ainsi battu le précédent record,
    datant de la demi-finale Allemagne-Brésil, de 32,57 millions de téléspectateurs mardi.



    Après le sacre de l’Allemagne contre l’Argentine (1-0, a.p.), la chanteuse s’est invitée à la fête des hommes de Joachim Löw dans la nuit de dimanche à lundi. Sur Twitter, la chanteuse a multiplié les clichés où elle pose avec les nouveaux champions du monde.
    Ici, on la voit, trophée en mains, avec Lukas Podolski et Bastian Schweinsteiger.




    Il n’y a pas que Rihanna qui est venue fêter le titre mondial avec la Mannschaft.Dimanche soir, la chancelière allemande Angela Merkel s’est invitée dans les vestiaires des hommes de Joachim Löw après leur victoire en finale de la Coupe du monde contre l’Argentine (1-0, a.p.).
    Et forcément, les joueurs de la Mannschaft n’ont pas résisté à l’envie de s’offrir des selfies avec la chef de l’Etat.




    Le sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari limogé




    Luis Felipe Scolari, le sélectionneur du Brésil, le 24 avril 2014 à Sao Paulo. NELSON ALMEIDA / AFP

    C'est ce qu'a annoncé lundi matin la presse brésilienne...Le sélectionneur de l'équipe du Brésil Luiz Felipe Scolari a été limogé par sa fédération, quelques heures après la fin du Mondial et la quatrième place décevante de la Seleçao, a annoncé lundi matin la presse brésilienne.

    Les Brésiliens fêtent la défaite de la bande à Messi




    Des supporters brésiliens fêtent la défaite de l'Argentine le 13 juillet 2014. RODRIGO ABD/AP/SIPA
    Des incidents ont éclaté...

    Les Brésiliens ont célébré dans tout le pays avec des pétards et des feux d'artifice la défaite de leur grand rival argentin face à l'Allemagne (0-1), dimanche à Rio en finale du Mondial.
    Envahie par 100.000 supporteurs argentins survoltés et souvent ivres, Rio a parlé espagnol comme jamais.
    Mais aussi étrange que cela puisse paraître, son coeur battait tout entier pour l'Allemagne, tant était grande la hantise de voir l'idole argentine Lionel Messi brandir la Coupe dans son temple du stade Maracana.


    Paul Pogba désigné meilleur jeune du tournoi


    Paul Pogba, après sa victoire face au Nigeria, le 30 juin 2014. FABRICE COFFRINI / AFP

    Il a devancé Raphaël Varane et Memphis Depay...
    Paul Pogba a été élu meilleur jeune joueur de la Coupe du monde, dimanche. Le milieu de terrain français était en concurrence avec son coéquipier Raphaël Varane et le Néerlandais Memphis Depay pour cette récompense.
    Le joueur de la Juventus Turin, 21 ans, s’est notamment distingué lors du huitième de finale contre le Nigeria, où il a inscrit le premier but de
    la victoire des Bleus (2-0).
    Il y a un an, il avait été désigné meilleur joueur du Mondial des moins de 20 ans.



    Dernière modification par edenmartine ; 14/07/2014 à 10h04.


  5. #154
    Date d'inscription
    janvier 2013
    Messages
    661
    Thanks
    0
    Total, Thanks 2 811 fois
    Pouvoir de réputation
    80

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Bonjour,

    Merci Edenmartine pour la tenu de ton post et toute ce travail.
    Aucune information ne nous a échappée grace à toi !

    @tom.
    Signature en cours d'élaboration...

  6. #155
    Date d'inscription
    août 2013
    Messages
    4 917
    Thanks
    0
    1 Post
    Pouvoir de réputation
    76

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Quand la Mannschaft dérape

    cliquez pour agrandir
    voir la photo

    C'est du moins ce que pense une bonne partie de la presse allemande ce mercredi au lendemain des célébrations du sacre mondial de la Mannschaft à Berlin.
    Qualifiés de mégacrétins notamment pour avoir mimé une danse des Gauchos courbés avant de se redresser fièrement, à l'allemande, certains champions du monde ont mis mal à l'aise une partie de l'opinion germanique.

    "Ainsi marchent les Gauchos, les Gauchos marchent ainsi !" "Ainsi marchent les Allemands, les Allemands marchent ainsi !"

    En entonnant cette petite rengaine typique des chants de supporters, marchant courbés d'abord puis se redressant fièrement, les Mario Götze, Miroslav Klose, Roman Weidenfeller, Shkodran Mustafi, Toni Kroos et André Schürrle ont déclenché une vive polémique dans leur propre pays, ternissant pour beaucoup l'image des champions du monde.

    Selon 40% des lecteurs sondés par le journal Der Spiegel,
    ces six-là "
    ont commis une erreur et se sont couvert de ridicule aux yeux du monde entier". "Une attitude regrettable et non appropriée", selon le Süddeutsche Zeitung,"irrespectueuse", d'après le Tageszeitung.

    L'Allgemeine Zeitung allant encore plus loin en dénonçant
    "un énorme but contre son camp. Une parodie laide de l'adversaire qui au final détruit l'image d'une nation ouverte et tolérante."

    La palme de l'indignation revient toutefois au Tagesspiegel.
    "La danse des Gauchos était de très mauvais goût. Ces joueurs n'avaient sans doute pas de mauvaises intentions, mais ils ont prouvé que dans le football il n'y a pas seulement des crétins, il y a aussi des mégacrétins !"

    La polémique fait rage en Allemagne mais outre-Atlantique, en Argentine, nul ne semble s'en offusquer.
    La Nacion ou Clarin, deux des principaux quotidiens de Buenos Aires, se contentent ce jour d'observer l'agitation allemande...


  7. #156
    Date d'inscription
    décembre 2012
    Messages
    2 819
    Thanks
    100
    Total, Thanks 6 043 fois
    Pouvoir de réputation
    84

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Je l ai vu en direct quand la chaine national allemande qui a diffusé le défilé des joueurs et la fameuse fête....c'est clair que c est pas mais pas du tout élégant à la limite du racisme mais à l image de Thomas Muller et d autre joueurs j ai trouvé quand même cette équipe très arrogante ....l'Algérie a faillit leur donné une bonne leçon dommage .... ça sera pour la prochaine fois




    ***La connaissance est la seule chose qui s'accroit lorsqu'on la partage***




  8. #157
    Date d'inscription
    mai 2014
    Localisation
    Planète Terre
    Messages
    1 688
    Thanks
    0
    Total, Thanks 7 964 fois
    Pouvoir de réputation
    65

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    J'aime beaucoup cette équipe d'Allemagne en ce qui concerne leur qualité de jeu mais quand je vois le comportement de ses joueurs je regrette de l'avoir supportée. surtout ce qu'a dit Muller à la journaliste.
    • Condor CX 5500 HD W (Transformé en Maxtor) serveurs CCCAM Maghreb-Sat
    • Starsat 200 HD + dongle externe Cristor Atlas E (D1.28)
    • ATLAS HD 200s (B118)

  9. #158
    Date d'inscription
    août 2013
    Messages
    4 917
    Thanks
    0
    1 Post
    Pouvoir de réputation
    76

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Adidas remporte la Coupe, Nike le soulier d'or






    L’équipementier historique du monde du football, l’Allemand Adidas, a vécu une grande coupe du Monde en étant, notamment, le sponsor officiel de la Mannschaft victorieuse et de l’Argentine. Mais son rival Nike est en embuscade.

    Pour Adidas, c’était le scénario footballistique parfait. L’Allemagne, que l’équipementier germanique sponsorise depuis 1954, a remporté, dimanche 13 juillet, son quatrième sacre en battant l’Argentine… également sous contrat avec Adidas. Seulement à la 113e minute, c’est la tuile : le but de la victoire est inscrit par Mario Götze, l’un des rares joueurs sur le terrain à porter des chaussures Nike.
    À Herzogenaurach, siège de l’équipementier allemand, on va probablement longtemps regretter que ni Mezut Özil, ni Thomas Müller, tous deux chaussés par Adidas, n’aient marqué lors de ce match décisif. Surtout que Nike n’a pas manqué de récupérer l’événement.

    Adidas, un sponsor en Ballon d’Or
    Cette finale était à l’image de toute la compétition durant laquelle les deux équipementiers se sont livrés une bataille farouche. Adidas apparaît comme le vainqueur, mais Nike a su placer ses pions un peu partout pour grappiller des points à son grand rival qui, il y a encore presque 20 ans, régnait sans partage sur le monde du football.

    En apparence, le groupe allemand ne peut pas se plaindre. Outre la Mannschaft et l’équipe d’Argentine, il est aussi le sponsor officiel de la Fifa, de Lionel Messi, le Ballon d’Or de la compétition, du Colombien et Soulier d’Or James Rodriguez et de l’Allemand Manuel Neuer, sacré meilleur gardien du Mondial-2014. Adidas est, en outre, le fabricant du Brazuca, le ballon officiel de la compétition.
    “La Coupe du Monde a été un énorme succès pour nous, et nous avons pu dominer la compétition sur le terrain et en dehors”, s’est félicité Herbert Hainer, le PDG d’Adidas après la fin du tournoi. L’équipementier semble, en effet, n’avoir laissé que quelques miettes à Nike. Mais l’Américain s’est empressé de les ramasser, s’efforçant de les transformer en autant de pépites.

    Nike, un sponsor qui a du pied
    D’abord, Nike a sponsorisé davantage d’équipes nationales que son concurrenteuropéen (10 contre 9). Certes, il a fait quelques paris malencontreux comme le Portugal, l’Angleterre ou le Brésil. Mais il a aussi misé sur des écuries qui se sont bien comportées à l’instar de la France, des Pays-Bas et surtout des États-Unis, un pays qui reste encore à conquérir et où l’amour pour le “soccer” ne ferait, d’après les observateurs, que commencer.

    Le groupe américain reconnaît que pour gagner, il faut mouiller le maillot, mais il faut aussi marquer… du pied (sauf Diego Maradona en 1986, mais c’est une autre histoire…). Nike ne s’est, ainsi, pas privé de souligner que 54 % des joueurs avaient des chaussures de la marque américaine.
    Si les deux rivaux cherchent tant à tirer la couverture à eux, ce n’est pas que pour la gloire. C’est aussi, et surtout, pour une histoire de gros sous. Adidas a reconnu avoir dépensé “des dizaines de millions d’euros” rien que pour la Coupe du monde 2014, tandis que Nike s’est borné à dire que ses dépenses marketing ont augmenté de 38 % pendant le dernier trimestre, “essentiellement à cause du Mondial”.

    Un Mondial qui rapporte
    Des investissements qu’il faut rentabiliser. Adidas a déjà commencé à fanfaronner à ce sujet. Le patron du groupe Herbert Hainer s’est félicité d’avoir déjà vendu deux millions de maillots de la Mannschaft en Allemagne et espère bien tirer le gros lot avec le nouveau maillot flanqué des quatre étoiles, synonymes du nombre de titres remportés par la sélection germanique. L’équipementier a aussi écoulé plus de huit millions de Brazuca à ce jour. En tout, grâce à la Coupe du Monde,Adidas a déjà généré deux milliards d’euros de revenus liés au football en 2014 et espère atteindre le montant record de 2,7 milliards d’euros.

    Nike s’est montré bien plus avare en détail. La société américaine a cependant souligné que cette grand messe du ballon rond devrait lui permettre d’atteindre un chiffre d’affaires de 2,1 milliards d’euros rien que pour sa filière football. Une belle performance puisque l’équipementier a une histoire d’amour bien plus récente avec le “soccer” qu’Adidas avec le football.

    Mais Nike prend les parts de marché où il peut. Sa priorité du moment ? Les chaussures de foot. Un secteur où “nous sommes numéro 1 mondial, même en Allemagne”, a souligné au site Businessweek Trevor Edwards, président de la marque américaine.

    En attendant, Adidas a déjà tourné la page du Mondial brésilien pour revenir aux affaires européennes. Il a annoncé, lundi 14 juillet, être devenu le sponsor officiel de Manchester United pour dix ans. Adidas a dû mettre 950 millions d’euros sur la table pour récupérer ce contrat, détenu jusqu’à présent par… Nike.


  10. #159
    Date d'inscription
    août 2013
    Messages
    4 917
    Thanks
    0
    1 Post
    Pouvoir de réputation
    76

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    Petit guide de survie à l'attention des déprimés post-Mondial



    Le joueur américain Clint Dempsey, ici le 13 juillet à Seattle. | AFP/OTTO GREULE JR

    Le Mondial est fini depuis dimanche et la Ligue 1 ne reprend que le 8 août, mais le ballon rond, lui, ne finit pas pour autant de tourner sur les pelouses. Petit tour des championnats et des coupes, qui se jouent cet été, avant que les championnats européens ne recommencent.


    LES ÉTATS-UNIS CONTINUENT DE VIBRER
    Après avoir été plus de 20 millions à suivre les matchs de l'équipe nationale, les Américains ont pu immédiatement se remettre à suivre leur championnat, la Major League Soccer (MLS). Championnant qui se joue principalement en été, pour éviter que d'autres sports lui fassent de l'ombre, la MLS est déjà dans sa deuxième partie.
    Dans la conférence Ouest, c'est le Seattle de Clint Dempsey et Deandre Yedlin, stars de l'équipe américaine lors de la Coupe du monde, qui sont en tête. A l'Est c'est le Sporting Kansas City, le champion de l'année dernière, qui mène les débats. D'ailleurs, le club du Kansas va recevoir samedi les Los Angeles Galaxy, dans le choc de la 21e journée et le tout diffusé sur ESPN 2.




    LA LIGUE DES CHAMPIONS A DÉJÀ COMMENCÉ
    Non, Zlatan Ibrahimovic n'a pas encore mis son bleu de chauffe. Non, le Real Madrid n'est pas encore parti en croisade pour assurer sa propre succession. Et ni le Barça, ni Dortmund ou le Bayern ne se sont encore affrontés.
    Et pourtant, certaines équipes luttent semaine après semaine depuis le 1er juillet pour
    avoirune chance un jour de soulever, ou plus sûrement de participer, à la Ligue des champions. Ce n'est pas la Juventus, Porto ou Chelsea mais le FK Rabotnicki Kometal Skopje (Macédoine), Cliftonville FC (Irlande du Nord) ou F91 Dudelange (Luxembourg).

    Pour déterminer qui va accompagner les clubs qualifiés directement pour les phases de poule (notamment le PSG et Monaco en France), les équipes championnes de championnats « mineurs » luttent sans répit pour obtenir le précieux sésame.


    Mardi 22 juillet se jouent les retours de la deuxième phase de qualification. Les chocs de cette journée : le Partizan Belgrade, après avoir gagné 3-0 à l'aller, va jouer sur le terrain de l'HB Torshavn, qui comme son nom l'indique est un club des îles Féroé.
    Le Celtic Glasgow, vainqueur à l'
    aller, va recevoir au Celtic Park le club islandais de Reykjavik. Et pour finir notre tour des clubs nordiques, Malmö, lieu de naissance d'un certain Parisien à la queue de cheval, va affronter les Lettons de Ventspils (0-0 à l'aller).

    Le tirage au sort du 3e tour préliminaire qui marque l'entrée en lice de clubs comme le Standard de Liège, le Grasshopper Zurich, Lille, ou le Panathinaïkos, aura lieu vendredi à 11 heures à Nyon au siège de l'UEFA. Le tirage au sort se fera en deux fois, avec la voie des champions, réservée aux équipes championnes de leur pays, et la voie de la Ligue (ou voie du championnat) à celles ayant terminé aux places d'honneur, en fonction des coefficients UEFA.
    Les matchs auront lieu les 29 et 30 juillet (
    aller) puis les 5 et 6 août (retour).


    LA LIGUE EUROPA FAIT TOUT COMME LA GRANDE
    Même principe que la Ligue des champions, la « petite » coupe d'Europe a elle aussi repris, depuis le 3 juillet. Plus de 80 équipes s'affrontent maintenant lors du deuxième tour qui verra son épilogue jeudi prochain.
    Parmi les équipes les plus « connues » : les Bulgares du CSKA Sofia du portier de l'Algérie, Rhais M'Bolhi, mais aussi le club roumain de Cluj, le Lech Poznan dePologne, les Israéliens de l'Hapoël Tel Aviv et le club norvégien de Rosenborg.

    LA « LIBERTADORES » N'EST PAS FINIE
    Le champion d'Amérique du Sud 2014 n'est toujours pas désigné. L'équivalent de la Ligue des champions du sous-continent est encore au stade des demi-finales. Les matchs se joueront en aller-retour les 23 et 30 juillet. La première demi-finale opposera le club argentin de San Lorenzo aux Boliviens de Bolivar. La seconde sera disputée par le club paraguayen Nacional Assucion et l'Uruguayen du Defensor Sporting. La finale se jouera aussi en aller-retour, les 6 et 13 août.

    EXOTISME FOOTBALL CLUB
    La Chine veut s'imposer sur le terrain des plus grands championnats du monde. Alors elle joue en été pour plus de visibilité, en plus d'attirer des grands joueurs. Après Didier Drogba, c'est l'Italien Gilardino qui lui emboîte le pas. Champion du monde en 2006, il rejoint son ancien sélectionneur Marcelo Lippi au Guangzhou Evergrande, le club de Canton et leader incontesté du championnat chinois.
    Le club cantonais, qui s'appelait jusqu'en 2009 le Guangzhou Pharmaceutical (du même nom qu'une compagnie pharmaceutique) a remporté trois fois de suite son championnat et reste le dernier vainqueur de la Ligue des champions asiatique. Samedi se jouera le choc de la 16e journée : Guangzhou accueille le cinquième du championnat, le Jiangsu Shuntian.



  11. #160
    Date d'inscription
    août 2013
    Messages
    4 917
    Thanks
    0
    1 Post
    Pouvoir de réputation
    76

    Re : Coupe du Monde :2014 Tous les potins du jour !

    La Coupe du monde est belle, mais elle a besoin d’être sauvée



    Un record de buts, des outsiders séduisants, des matches dramatiques, des coups d'éclat et des coups de Trafalgar, la meilleure équipe (ou celle qui le plus "fait équipe") sacrée: la Coupe du monde 2014 se pose comme une édition assez exceptionnelle, plutôt rassurante pour ce football de sélections que l'on jauge avec une attention particulière tous les quatre ans.


    Elle a cependant moins proposé de grande révolution tactique que sonné la fin de l'ère du football de possession à l'espagnole, et confirmé des traits communs à ses devancières du 21e siècle: une expression rarement très accomplie dans le jeu et un grand nombre de stars – celles des films publicitaires – peu en verve. S'il est intéressant de constater que la Coupe du monde peut se passer d'elles, et si son enjeu sportif et l'intérêt qu'elle suscite restent inchangés, elle reste cependant sous des menaces bien connues.





    L'ÉCRASANTE HÉGÉMONIE DU FOOTBALL DE CLUBS

    La première de ces menaces réside dans la puissance économique et politique du football de clubs, comme en témoignent les combats menés (et remportés) par les lobbys de l'industrie du football européen contre les calendriers des sélections nationales ou en faveur de l'indemnisation de la mise en disposition des internationaux. Une puissance également sportive de la part des clubs les plus riches, qui concentrent à la fois les stars, les ressources, les résultats dans leur Ligue des champions et l'attention médiatique.

    Ce qu'ils sollicitent de leurs joueurs tout au long des saisons, aussi bien sur le plan physique que sur le plan mental, tend à nuire à leur expression lors des phases finales. Non seulement parce que, placées en fin de saison, elles récupèrent des joueurs usés, mais aussi parce les vedettes n'ont pas toutes des réserves de motivation inépuisables et que bon nombre d'entre elles – consciemment ou inconsciemment – gardent le meilleur d'elles-mêmes pour leur employeur.

    Si l'on ajoute la difficile gestion des ego dans un groupe d'internationaux placés en milieu fermé pendant plusieurs semaines, il faut vraiment réussir à mettre en œuvre un projet sportif et humain excitant pour obtenir un plein investissement.
    Les modifications du calendrier international ont par ailleurs réduit en nombre et raccourci en durée les temps de préparation des sélections, souvent contraintes à l'improvisation et aux expédients tactiques, très loin du confort et de la permanence du travail en club (ainsi les matches amicaux d'août, longtemps dénigrés, disparaissent-ils dès cette année).


    DES ÉTOILES SANS LUMIÈRES
    Certaines nations parviennent à entretenir la ferveur autour de leurs équipes nationales, et donc les exigences envers les internationaux ainsi que la gratification symbolique qu'elles procurent à ces derniers. Mais bien des "grandes" sélections connaissent des problèmes chroniques de cohésion et de détermination, et souffrent notamment contre des équipes a priori plus modestes, qui peuvent préparer spécifiquement la Coupe du monde et s'y engager avec une plus grande intensité.

    On ne peut être excessivement surpris qu'au cours de cette édition 2014, les stars ont une nouvelle fois peu brillé, comme si la Coupe du monde n'était plus leur terrain d'expression privilégié.
    Certaines sont passées au travers et ont sombré avec leurs équipes (
    Cristiano Ronaldo, Rooney, Balotelli…), aucune des autres ne s'étant montrée sous son meilleur jour, à l'image de Messi. Ceux qui ont pris la lumière sont des joueurs dont la valeur était connue, mais qui étaient nettement moins attendus, comme James Rodriguez, Arjen Robben, Angel Di Maria et Thomas Müller, ou encore des gardiens particulièrement mis en valeur: Manuel Neuer, Tim Howard, Guillermo Ochoa, Sergio Romero et Kaylor Navas.

    L'hypothèse du déficit de motivation ne pouvant être retenue pour tous les fuoriclasse, on peut pointer le fait que ces joueurs évoluent dans des effectifs de très haut niveau en clubs, où tout est mis en place pour qu'ils s'expriment au mieux, c'est-à-dire pour qu'ils fassent la différence.
    Les conditions peuvent-elles être aussi optimales et confortables en sélections, édifices plus fragiles au sein desquels on leur demande aussi de faire la décision – mais au risque de leur faire porter une responsabilité excessive? Si
    Neymar a assumé les siennes jusqu'à sa blessure, on avait auparavant compris qu'il ne pouvait compenser à lui seul les faiblesses de laSeleçao.


    RENDRE LA COUPE DU MONDE AU FOOTBALL
    Au-delà de ces considérations sportives, c'est l'événement lui-même et son organisation qui auront connu au Brésil une remise en cause d'ampleur inédite.
    Si la contestation sociale est restée à distance des stades et de l'attention médiatique, les mobilisations et les critiques contre la FIFA ont eu un large écho et imposé l'idée qu'il y avait plus que quelque chose de pourri au royaume de Sepp Blatter, la Coupe du monde cristallisant justement la corruption – au sens le plus large – de l'institution. Le Mondial, pour son pays organisateur, s'est apparenté à un racket de grande ampleur, imposant des dépenses exorbitantes en regard des bénéfices à en attendre localement – sans parler des dommages infligés aux populations.

    Tout comme pour l'Euro, il faut impérativement remettre en question les exigences disproportionnées concernant les stades et les infrastructures, fabrique à éléphants blancs sans logique d'aménagement ni même d'intérêt pour le football local. Il faut pareillement mettre un terme à la dictature des sponsors et leur colonisation de l'espace public, et imposer, au-delà des frontières considérées, la priorité de l'accessibilité des images en arrêtant de privilégier l'attribution des droits de diffusion à des chaînes payantes.

    La FIFA a vocation à servir le football, pas à engranger des profits à hauteur des deux milliards de dollars de réserves qu'on lui attribue. Ainsi, jamais l'appellation "Coupe du monde de la FIFA" n'aurait dû être acceptée: la Coupe du monde appartient au football, pas à la FIFA, cette organisation qui le trahit pour imposer un fonctionnement autocratique et obsessionnellement lucratif.

    Avec l'attribution des deux prochaines éditions à la Russie et au Qatar, on peut estimer que la confédération de Zurich a verrouillé le destin du Mondial pour les huit prochaines années. Mais la confusion et les scandales qui entourent l'édition 2022 pourraient au contraire sonner le glas de cette vision désastreuse.

    C'est une urgence, car si ces dernières semaines ont rappelé tout ce que l'on peut aimer dans une Coupe du monde, elles ont aussi souligné tout ce qui la menace.


    Dernière modification par edenmartine ; 18/07/2014 à 18h55.


Page 16 sur 16 PremièrePremière ... 6141516

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •