PDA

Voir la version complète : Produits Pyrotechniques



zadhand
22/12/2015, 22h13
A la une Actualité_Suite à une opération de perquisition à Alger
le 22.12.15 | 10h00



Saisie d’une importante quantité de produits pyrotechniques

La police judiciaire relevant de la sûreté de la wilaya d’Alger a réalisé un coup de filet durant la matinée d’hier. En effet, un lot important de produits pyrotechniques composé de différents articles (pétards, fumigènes, feux d’artifice….) destinés à être écoulés sur le marché noir a été saisie sur les hauteurs de La Casbah suite à une opération coup-de-poing menée par les services d’ordre.
Selon une source proche de ce corps, la quantité des produits prohibés saisis est estimée à environ 6 milliards de centimes et était prête à inonder le marché. Agissant sur informations, le lieu, une ancienne boulangerie fermée, a été perquisitionné en début de matinée vers 6h avec l’aide des artificiers de la police scientifique, où un quadrillage des lieux a été mis en place. L’opération a permis aux forces de l’ordre de mettre la main sur plusieurs milliers de cartons de produits dangereux. Notons par ailleurs que cette opération s’est déroulée sans incident, apprend-on de même source.
L’enquête diligentée a été menée suite à de nombreues plaintes émanant de riverains habitant les lieux. Ainsi, à l’approche de la fête religieuse du Mawlid ennabaoui, le mythique quartier de La Casbah se tranforme en centrale de vente par excellence des produits pyrotechniques, ce qui en fait une véritable poudrière, où les revendeurs des quatre coins du pays y affluent pour s’approvisionner.
En dépit d’une loi interdisant leur commercialisation et leur utilisation, les produits pyrotechniques - un créneau des plus juteux - continuent de faire l’objet du côté du «port marchand d’Alger» d’intenses opérations clandestines d’importation à partir de Chine. Cette dernière est qualifiée comme le principal producteur au monde de tels produits. Malgré les interdictions et les opérations sporadiques de saisie, ce commerce florissant est pratiqué partout dans le pays sans que les personnes qui s’y adonnent ne soient inquiétées. Pourtant, la manipulation de ces produits est source de nombreux accidents.


Aziz Kharou

zadhand
09/07/2016, 23h18
Saisie de produits pyrotechniques à Mostaganem

09 Juillet 2016
Intervenant dans le cadre de la lutte contre la vente de produits prohibés,
notamment les pétards et autres produits pyrotechniques très dangereux
pour les utilisateurs, et plus particulièrement les enfants, les services de
la police judicaire relevant de la sûreté de daïra de Mesra, dans la wilaya
de Mostaganem, ont procédé à la saisie de 10200 unités du genre au niveau
du boulevard principal Mohamed Khemisti et à l’arrestation de B.K.A. âgé de
42 ans, qui a transformé sa boutique de cosmétiques en vente de produits
pyrotechniques sans autorisation, et cela à l’occasion de la fête de l’Aïd El Fitr,
où ce genre de produits, pourtant prohibés, fait bon commerce auprès de
nombreux adeptes du marché noir. Présenté devant le procureur de la
République près le tribunal de Aïn Tedeles sous le chef d’inculpation de vente
de produits prohibés, le mis en cause a été placé sous mandat de dépôt.

zadhand
19/09/2016, 14h42
Pétards, feux d’artifice, fumigènes… :
Un marché de 15 milliards de dinars !

lundi 19 septembre 2016 11:33

Chiffre n Que ce soit à l’occasion de la fête du Mawlid ou des
fêtes de mariage, les pétards, feux d’artifice, fumigènes et autres
produits pyrotechniques continuent à générer des milliards aux
barons de ce segment pourtant prohibé, sans parler des centaines
de blessés enregistrés chaque année à travers le pays ! Hier
dimanche à Alger, le directeur général des Douanes,
Kaddour Bentahar, a souligné, le rôle de l'administration douanière
dans la lutte contre l'importation prohibée des produits pyrotechniques.
M. Bentahar a insisté, lors d'une conférence sur les produits pyrotechniques, sur «le rôle important qui incombe à l'administration des Douanes et de
la lourdeur de sa responsabilité pour atténuer ce fléau à travers l'efficacité
des contrôles douaniers aux frontières». Il a également fait état aux
douaniers de l'importance des dégâts humains et matériels causés mais
aussi de l'ampleur des montants transférés en devises fortes utilisés pour l'importation de ces marchandises néfastes. Outre qu’il est estimé à plus
de 15 milliards de dinars, ce marché est une véritable plaie sociale, tant la dangerosité de ces produits affecte principalement les enfants ! Le commercedes produits pyrotechniques reste très lucratif. D’énormes
quantités sont écoulées, chaque année, lors du Mawlid et depuis peu, à l’occasion des fêtes de mariage. Les services de sécurité procèdent souvent, comme c’est le cas à la fin de l’année dernière, à la saisie de millions de pétards. Néanmoins, ces produits sont toujours présents sur des étals improvisés dans toutes les rues des villes algériennes. Organisée en collaboration avec le ministère de la Santé, cette rencontre de sensibilisation
a été animée par le chef de service de la clinique des brûlés à Alger, le Pr. Badreddine Mitiche, ainsi que plusieurs autres spécialistes. En plus des mesures du renforcement du contrôle prises par l'administration des
douanes pour lutter contre l'importation de ces marchandises prohibées à
titre absolu, la conférence visait à faire accroître le sens de responsabilité
des fonctionnaires des Douanes dans l'accomplissement de leurs missions
de contrôle des opérations du commerce extérieur, à travers des images
des dégâts occasionnés par l'utilisation des produits pyrotechniques, notamment sur les enfants. Le docteur Hadj Mati a pour sa part beaucoup insisté sur la gravité des dégâts occasionnés sur beaucoup d'enfants
arrivant jusqu'à l'obturation des mains et des brûlures graves au visage.
Selon le communiqué, cette conférence est la première d'une série d'autres conférences portant sur le même sujet et qui seront organisées au courant
de cette semaine au niveau des écoles des Douanes de Tlemcen, Annaba,
Oran et Batna pour que cette action de sensibilisation touche l'ensemble
des fonctionnaires de l'administration douanière, chargés du dédouanement des marchandises au niveau des ports et aéroports.


R. N.